Regard sur nos clients: Charlevoix Fort

Image blog WebSelf

Rendre le web accessible à tous, c’est la mission première de WebSelf.net! 

Pour le mois de janvier, nous vous présentons un site WebSelf qui a été bien populaire en 2021: Charlevoix Fort. En effet, cet organisme avait comme objectif de développer l’économie locale et a lancé une monnaie charlevoisienne qui peut être utilisée dans des commerces de la région. Nous avons alors décidé de leur poser quelques questions sur leur cheminement, mais aussi sur la création de leur boutique en ligne.

Parlez-moi un peu de votre projet. D’où vient votre idée, votre inspiration? 

On parle d’achat local depuis des années. Avec la pandémie et les nombreuses difficultés traversées par nos commerces, l’enjeu revient à l’avant-plan. Un grand comité de partenaires économiques de toute la région de Charlevoix, mené par la Chambre de commerce, s’est réuni pendant toute l’année 2021 pour trouver une action concrète pour soutenir l’achat local dans la région. La création d’une monnaie locale complémentaire (comme il en existe environ 2500 dans le monde) s’est imposée comme l’idée la plus porteuse, efficace et accessible. C’est là qu’est née La Chouenne.

Mais qu'est-ce qu'une Chouenne exactement? Où et comment peut-on s'en servir?

D’abord, démystifions ce mot étrange! Pour les Charlevoisiens, chouenne, chouenner, chouenneux, sont des termes courants, quoiqu’un peu folkloriques. Chouenner, c’est jaser entre nous. Une chouenne, c’est une histoire qu’on se raconte, qui circule, et dont la véracité peut être contestée. 

Le mot convient parfaitement à notre monnaie locale qui circule sur le territoire et n’est basée que sur la confiance qu’on lui accorde (comme toute monnaie, d’ailleurs, mais ça, ce sera pour une autre leçon d’économie!). De plus, c’est un mot fortement ancré dans le patrimoine charlevoisien puisqu’on appelle aussi chouenne le dialecte régional, le répertoire d’expressions locales comme «à cause», «bin manque», «faire simple», «débiscaillé» ou «égarouillé». 

Donc, une chouenne en tant que monnaie vaut un dollar. Elle peut être échangée entre particuliers, dans les commerces participants et entre commerçants. Puisqu’elle vise à soutenir l’achat local, elle n’est acceptée que dans les commerces ayant une adresse dans Charlevoix. Cependant, les touristes et autres visiteurs peuvent tout à fait s’en procurer pour leur prochain séjour dans notre région. Ils ont tout avantage à le faire, car notre monnaie locale est bonifiée en tout temps de 5% lors de la conversion des dollars en chouennes. 

La Chouenne existe sous deux formes : papier et numérique. Les billets de 1, 5, 10, 20 et 50 chouennes ont été illustrés par des artistes de la région et sont dotés d’éléments de sécurité qui les rendent infalsifiables. La version numérique est accessible par ordinateur sur la plateforme Web et par l’application mobile pour un paiement facile en magasin. 

Est-ce que cela a été difficile de trouver des partenaires?

Il a été relativement facile de trouver des partenaires pour le projet. L’achat local fait l’unanimité comme solution pour le soutien de l’économie régionale. La Chambre de commerce de Charlevoix a déjà un rôle de concertation et de leadership dans la région. 

Aussi, le programme fédéral Mes Achats à Quelques Pas, géré par la Fédération des chambres de commerce du Québec, est tombé à point nommé! En effet, alors que nous cherchions à boucler le budget, son financement a été accepté par le programme. Ce soutien amène non seulement de l’argent neuf dans la région, mais permet aussi la concrétisation de ce projet majeur (et dispendieux!). 

Les commerces participants, qui sont autant de partenaires, ont également été rapides et nombreux à embarquer dans le bateau et décider d’accepter La Chouenne. Alors que nous avions prévu d'avoir 100 commerces participants au 31 décembre 2021, ils sont déjà plus de 150!

Comment avez-vous fait la promotion de vos chouennes? Combien en avez-vous vendu jusqu'à présent ?

Le lancement a eu lieu le 2 novembre (nous n’allions pas laisser passer le potentiel du temps des Fêtes!). Il va sans dire que les médias régionaux ont couvert la nouvelle de belle façon. Cependant, en tant que première monnaie régionale au Québec (il en existe une à Montréal et deux à Québec), la Chouenne a aussi fait les manchettes nationales à Radio-Canada, RDI, TVA et LCN. Ainsi, le Québec au complet a commencé à chouenner de monnaie locale! 

 La promotion se concentre cependant dans la région. Évidemment, une page Facebook et un compte Instagram ont été créés, mais la publicité se trouve aussi à la radio et dans le journal de la région. Des kiosques de La Chouenne ont été érigés au Salon des métiers d’art de Charlevoix, au Marché de Noël de Baie-Saint-Paul et au Marché d’hiver du Manoir Richelieu. 

 Et, comme toute bonne chouenne, le bouche-à-oreille a fait son effet pour le reste! 

 Il faut dire que les premières 250 000 chouennes étaient bonifiées non pas de 5%, mais de 20%. Alors que nous avions prévu les vendre en un mois, elles se sont écoulées en 5 jours. De quoi faire chauffer les serveurs de WebSelf! 

 Avez-vous d'autres projets pour cet hiver? 

Nous poursuivons le recrutement de commerces. Alors que nous gérons encore la demande en répondant à ceux qui nous contactent, nous entreprendrons bientôt le démarchage, surtout pour recruter les entreprises offrant des produits et services aux entreprises, afin que les chouennes continuent à circuler sur le territoire après avoir été dépensées dans les commerces. 

Nous prévoyons également amorcer une série d’actions visant la sensibilisation à l’économie régionale et au système monétaire auprès de la population locale afin de renforcer les intentions amorcées sur la base de la bonification. En effet, nous espérons que les utilisateurs de La Chouenne voient l’avantage global de l’achat local au-delà de l'augmentation de leur pouvoir d’achat (qui est cependant un avantage non négligeable de l’usage de la monnaie locale). 

Pourquoi avoir créé un site web?

Peut-on se passer d’un site web? Non! 

Bien sûr, nous avons imprimé des dépliants informatifs, mais avec une liste de commerces participants qui évolue chaque jour, avec de la sensibilisation à faire auprès de la population, avec des commerçants à informer et à outiller pour faciliter leur utilisation quotidienne de ce nouvel outil de paiement, avec des gens de partout au Québec et dans le monde à inspirer pour une réappropriation de leur économie locale… seul un site web pouvait répondre à nos besoins.

Image blog WebSelf

Qu’est-ce qui a motivé votre choix d’utiliser WebSelf?

Notre démarche étant basée sur l’achat local, l’usage d’une plateforme web la plus locale possible s’imposait. Notre équipe d’infographistes externes, Axe Création, nous recommande Webself depuis déjà quelque temps et nous avons déjà créé deux autres microsites avec eux : notre rapport annuel 2021 et le programme de notre Gala Charlevoix reconnaît (pour la première fois, notre programme pouvait contenir des vidéos, des photos des gagnants, des hyperliens, etc.).

La plateforme de boutique en ligne était aussi un incontournable. En effet, la vente de chouennes se faisant principalement en ligne avec paiements par carte de crédit, il nous fallait une boutique transactionnelle simple à utiliser. 

La facilité d’utilisation de WebSelf fait que même les gens de l’interne peuvent intervenir, corriger, modifier, ajuster sans avoir à passer par les infographistes qui ont créé l’armature et le concept graphique de base. C’est un immense avantage surtout lorsque le temps est compté. 

Le soutien technique a été un autre point positif de WebSelf : traiter 600 transactions en 5 jours peut amener quelques petits accrochages! Patrick, au soutien technique, a été aidant, patient et collaboratif, en tout temps. Notre trafic élevé de commandes nous a permis de constater quelques points à améliorer dans le système de gestion des commandes et des facturations. Nous croyons qu’une fois ces éléments auront été ajustés, ce sera une amélioration pour tous les usagers de WebSelf. 

Des conseils ou des trucs à partager avec les utilisateurs WebSelf? 

Lorsque nous avons commencé à utiliser WebSelf, notre infographiste nous a offert une petite formation (environ 30 minutes). Son aide demeure nécessaire pour assurer la cohérence graphique du site et l’esthétique générale, pour répondre à nos questions techniques de base et pour nous aider lorsque la limite de nos compétences est atteinte. Mais à l’usage, on en vient à se débrouiller très facilement. 

Comment peut-on vous joindre? 

Toutes nos coordonnées sont sur notre site sur WebSelf! Vous pouvez contacter :

  • Maude, la chargée de projet d’achat local embauchée pour gérer le projet, 

  • Alexandre, le pro des monnaies locales, de la chouenne numérique et de la comptabilité du projet, 

  • Annie, la responsable des communications en charge du site web, 

  • Johanne, la directrice générale de la Chambre de commerce qui a mené tout ce beau projet depuis le début, pour un Charlevoix fort!